Taxer le capital plutôt que le travail – la nouvelle initiative de la JS suisse.

La plupart des gens travaillent : les enseignants et enseignantes, les infirmiers et infirmières, les ouvriers et ouvrières – tous contribuent à construire notre société. Pour leur travail, ils reçoivent toutes et tous un salaire. Vous et moi, nous appartenons tous à ce monde : la majorité des individus appartient à cette catégorie de personnes. Toutefois, il y a aussi une population particulière qui ne contribue pas à la construction de notre société et qui est chaque jour toujours plus riche. Elle constitue des fortunes immenses en faisant travailler son argent « elle-même » en recevant des intérêts, en augmentant le loyer des immeubles qu’elle possède et en recevant toujours davantage de dividendes. Ce sont les revenus du capital. (mehr …)

Weiterlesen

Kapital statt Arbeit besteuern – das neue Initiativprojekt der JUSO Schweiz

Die meisten Menschen arbeiten: Die Lehrerin, der Krankenpfleger, die Fabrikarbeiterin – sie alle leisten einen Beitrag zur Gesellschaft. Für ihre Arbeit erhalten sie einen Lohn. Das sind Arbeitseinkommen. Du, ich, wir alle gehören dazu: Die absolute Mehrheit der Menschen gehört zu diesen Leuten. Es gibt aber auch Menschen, die tragen nichts zur Gesellschaft bei und werden trotzdem immer reicher und reicher. Sie lassen ihr Geld für sich arbeiten und erhalten Zinsen auf ihr eh schon gewaltiges Vermögen, profitieren davon, dass sie ihre Immobilien noch teurer vermieten können und streichen sich Dividenden ein. Das sind Kapitaleinkommen. (mehr …)

Weiterlesen

De la violence organisée dans les manifestations

 

Il est bon, pour ce texte, de différencier deux types de violence lors de manifestations. En premier, il y a la violence liée aux pillages, aux destructions aveugles, ou à des confrontations belliqueuses avec la police qui ont des motivations comme la vengeance ou l’apat du gain, comme l’on peut en voir durant les émeutes dans les banlieues. Les auteurs de cette première violence seront ici identifiés comme des « casseurs ». En second, il y à la violence organisée, structurée autour d’une idéologie et politisée qui est revendiquée comme un moyen, ou le seul moyen, de remettre en question l’ordre social et économique. Les auteurs de cette violence politique seront appelés ici des « groupes » faute d’un meilleur synonyme.

(mehr …)

Weiterlesen
Menü schließen